Stephany Hildebrand - biographie

Née en 1990, Stephany Hildebrand a vécu son enfance à la campagne, nichée dans une petite maison aux abords d’un village au nord de Montréal. De nature solitaire, elle découvre la beauté sauvage de la forêt canadienne par ses nombreuses balades à travers les champs et les terrains boisés qui entourent la maison familiale. Avec cet environnement en toile de fond, ses errances quotidiennes ont favorisé l’émergence de son regard singulier tandis que la vastité de ce milieu naturel a contribué au libre cours de son imaginaire.

Autodidacte passionnée, elle choisit d’entreprendre des études en arts visuels à l’Université Concordia qu’elle quitte rapidement, car la structure pédagogique ne convient pas à son caractère anticonformiste. Ainsi, sa soif d’apprendre alliée à une curiosité grandissante pour la sous-culture montréalaise fait en sorte qu’elle consacre son temps et son énergie à la quête de sujets marginaux. Dès lors, accompagnée de son fidèle appareil photo, Stephany trouve un sens à ses sorties nocturnes en détournant son ennui pour les soirées débridées en œuvres picturales iconiques.   

Lors d’une de ces soirées, elle rencontre Ginga, un Canadien d’origine japonaise, qui œuvre dans le cinéma et qui deviendra son compagnon de vie et son mentor. Dans l’envie de découvrir de nouveaux horizons, Stephany et Ginga quittent Montréal pour Tokyo où ils y séjourneront pour une année.  Dans cet univers insolite, empli de mélancolie et de beauté, l’artiste se questionne sur l’essence même de la création et sur son attachement à la photographie.   À la recherche de signification profonde, c’est dans la nature nippone qu’elle redécouvre sa passion et son souffle créateur.

Entière, Stephany accueille d’emblée le paradoxe inhérent à l’existence et ses œuvres célèbrent la vie sous toutes ses formes. De cette manière, le caractère disgracieux de la ville et de ses habitants est sublimé par son regard, tandis que ses natures mortes et ses paysages mettent en exergue la condition humaine pourtant absente de ces compositions.

Polyvalente, Stephany Hildebrand n’hésite pas à employer les divers supports et techniques propres à la photographie, selon l’objectif qu’elle désire atteindre. Toutefois, elle préconise le développement argentique de la pellicule classique, car la matérialité de ce processus lui procure un moment d’arrêt, propice à l’appréciation des images qui se dévoilent sous ses yeux. Cette fenêtre temporelle lui permet ainsi d’aller à la découverte de sa propre démarche créative et de perfectionner son art. 

Using Format